Chronique Dysylumn : "Dysylumn"

Dysylumn - Dysylumn
Dysylumn - Dysylumn

Prêts à embarquer ? Alors on y va ! A peine un regard jeté sur les astres et les couleurs bleues de la pochette et nous comprenons que Dysylumn va nous entraîner dans un voyage atmosphérique à destination d'une planète inconnue.

 

En 2010, Sébastien Besson se lance dans son projet perso après avoir quitté Antropofago (groupe français de death brutal). A la fois guitariste, bassiste et chanteur, il demande rapidement à Robin Lefaure de composer les parties de batterie. En 2013, à l'occasion de l'enregistrement de son 1er EP, Sébastien place Camille Olivier Faure-Brac derrière les fûts tandis qu'il assure le chant et la guitare.

 

Seulement deux morceaux, d'une durée équivalente, composent cette première production. Laissant quelque peu l'auditeur sur sa faim, Dysylumn ne rigole pas pour autant ! Dès l'intro de Conceptarium Pt.1, nous découvrons un riff death technique proche de ce que peut proposer Obscura. Cependant, il ne faut pas s'attendre à des blasts en folie qui nous retournent le cerveau. Les compositions, plutôt prog', évoluent dans le mid-tempo. Vous avez peur de vous ennuyer ? Eh bien non ! Le jeune homme joue avec les ambiances et alterne le chant black et le chant guttural. Ce dernier gagnerait peut-être à être encore plus travaillé mais cela n'est qu'un détail.

 

Dysylumn ne cherche pas à nous en mettre plein les oreilles par un étalage de technique à n'en plus finir. Sébastien préfère nous transporter au cœur des interrogations qui nous hantent en abordant  nos illusions et les risques de déroute qui nous guettent. Conceptarium Pt.2 est donc plus mélancolique et plus sombre à l'image des thèmes abordés comme pour mieux nous plonger au sein des tourments de l'âme humaine.

 

Bien que le mixage ne soit pas encore parfait, ces deux morceaux laissent d'ores et déjà présager un futur album de qualité.

 

Note : 15/20

Écrire commentaire

Commentaires : 0