Chronique Mezcla : "Salir Sin Pagar"

Salir Sin Pagar
Salir Sin Pagar

Le Metal et l’espagnol, vous pensiez connaitre avec Ill Niño ? Eh bien, voici une autre version de la chose. Mezcla est là pour nous faire découvrir depuis 2004 une mutation du flamenco, très Death Metal. Alors, là vous me demandez : « Mais, c’est des espagnols donc ? » Et bien non, c’est un groupe français. Certes, le chanteur et guitariste Alexis Munoz y est pour quelque chose avec ses origines ibériques.

 

Pour ceux qui ne comprennent rien à l’espagnol, et je suis sûr qu’il n’y en n’a pas pas qu’un seul, sachez que les textes parlent de l’histoire de flamenco mais aussi du sadisme et du voyeurisme de notre société actuelle de façon très engagée. Vous l’aurez compris, les thèmes sont différents, ce qui permet à Mezcla de diversifier ses titres grâce au métissage entrepris.

Ainsi, dans leur premier album « Salir Sin Pagar », on peut y trouver des titres acoustiques, comme  « Sin Mirar Me », qui ne tâchent pas au milieu de l’album, car certains titres, comme « Leprosy », qui mêle solo et rythmique flamenco, donnent ce ton très hispanique.

 

Bon il faut le dire, Mezcla, ça envoie musicalement. Les changements de rythmes sont bien gérés. Bon point, surtout quand on glisse des passages flamencos comme Mezcla. Mais la rythmique ne fait pas tout. Les solos, mêlant rapidité, souplesse et efficacité, envoient du fat, et les nombreux riffs variés donnent au tout ce qu’on pourrait appeler une « non-redondance ».

 

On aurait peut être aimé avoir quelques passages en chant clair, qui auraient accentué le métissage avec le flamenco, et un visuel de pochette peut être moins simpliste. Mais à par ça, il y a peu de défauts à souligner. Le mixage est bon, les musiciens et chanteurs aussi, donc tout est dit.

 

Note : 16/20.

Écrire commentaire

Commentaires : 0