Chronique Mother & Pearl : "Inner Voice"

Inner Voice - Mother & Pearl
Inner Voice - Mother & Pearl

En 2005, les frères Coulon forment Mother and Pearl. Le groupe lyonnais composent deux démos largement influencées par le metal progressif et font plusieurs concerts, ce qui leur permet d'évoluer vers une touche plus personnelle.

 

Aujourd'hui, leur style est souvent qualifié de « Modern Metal ». Quoi de plus normal en sachant que les membres sont inspirés par Machine Head, Opeth, Slayer, Metallica, voire Arch Enemy ! Vous l'aurez donc compris, Mother and Pearl propose des riffs soutenus, lourds mettant ainsi en avant les guitares. Le groupe évolue désormais dans un mélange de metal progressif, heavy, thrash agrémenté d'un soupçon de metalcore.

 

En 2013, ayant enfin un line-up stable et composé uniquement des quatre membres fondateurs, le groupe compose Inner Voice. Ce premier album est enregistré au studio Noisefirm dans l'Ain. L'artwork a été réalisé par Nicko, tatoueur à Metal Ink Tatoo, art auquel rend hommage le titre « Skin and Life ». Bien que le design soit très réussi, il aurait été agréable de voir figurer les paroles dans le livret.

 

Et la musique dans tout ça ? Attendez, nous y venons ! L'ensemble de l'album, dix titres au total, tient bien la route notamment du fait d'un mixage de bonne qualité. Ni trop court, ni trop long, Inner Voice aborde les mouvements intérieurs de l'âme, les émotions qui nous traversent et qui font de nous des êtres humains. Le chant clair d'Olivier Coulon, un peu poussif par moment, est relayé par les growls de Mathieu que l'on aimerait entendre plus souvent. Ce jeu vocal semble peindre les différents états de l'homme.

  

Les compositions s'organisent autour du traditionnel couplet-refrain mais réservent bien des surprises. En effet, le passé progressif du groupe est palpable dans les nombreux changements de rythmes au sein des morceaux. Pour s'en convaincre, il n'y a qu'à écouter « My Emptiness » qui ouvre l'album et qui présente des riffs heavy, suivi du rythme saccadé propre au thrash pour laisser place à un refrain où les growls de Mathieu sont soutenus par une batterie déchaînée et véloce.

 

Les solos constituent l'un des points forts de l'album. Leur maîtrise enrichit les compositions de technicité et d'une bonne dose de mélodies. Le groupe travaille aussi sur les atmosphères et les émotions véhiculées par leur musique. « Remember the Silence » s'ouvre par des voix narratives féminines qui donnent une couleur particulière au morceau contrebalançant avec le chant des frères Coulon sur les autres pistes. « Cruel World » apparaît comme plus mélancolique, plus sombre que le reste de l'album.

 

La linéarité n'est donc pas de mise chez Mother and Pearl et cela à tous les niveaux. Les morceaux se suivent mais ne se ressemblent pas, ce qui laisse entrevoir un avenir prometteur pour le groupe.

 

 

Note : 16/20

Écrire commentaire

Commentaires : 0